Première AG de la FFAP

, par  FFAP

Lundi 9 et Mardi 10 Novembre ont vu à Montalieu-Vercieu la première AG de la FFAP, nouvelle fédération issue pour l’instant de trois grands syndicats régionaux.

Cette union nécessaire nous ouvre les portes des débats et négociations nationales et européennes en matière d’apiculture : notre métier. Considérée jusqu’à présent comme la « sixième roue » du carrosse dans le domaine de l’agriculture, il est grand temps que la profession apicole se fasse entendre.

Laisser l’hémorragie s’étendre dans nos cheptels et mourir chacun dans son coin, comme nos abeilles, n’est pas la solution retenue par les membres actifs des bureaux syndicaux. C’est pourquoi ils se démènent et participent aux réunions parfois au détriment de leur travail, et tout ça pour le collectif. Alors soyons forts et surtout pas timorés car ceux qui nous « dégomment » nos colonies n’ont pas le moindre scrupule et se délectent de nos divisions, parfois nos individualismes, le mal de notre millénaire naissant…

En tous cas, cela fait du bien de rencontrer des nouvelles têtes au sein de cette FFAP. Gageons qu’elle sera d’un bon cru et qu’elle arrivera à faire effet sur les cerveaux de nos « Huiles décisionnaires » en matière de lois et d’amendements relatifs à la vie de leurs administrés, car si les pesticides tuent les abeilles il est fort à parier qu’ils soient aussi en cause dans l’accroissement du nombre de cancers qui nous touchent tous de près (car de loin, c’est déjà fini…).

Soyons solidaires pour cette cause qui nous fait vivre et surtout répondons présents aux appels quand le besoin se fait sentir. Soutenons nos CA en nous y engageant, payons nos cotisations dans les temps, ayons des idées pour défendre la vie de l’abeille et son environnement.

Apportons nos savoir-faire et compétences professionnelles au collectif. Enfin, ne nous
comportons pas comme de simples « ramasseurs de champignons » et assumons nos responsabilités.

En tous cas, pour ma part, j’ai trouvé que c’était une belle AG avec des apiculteurs de coeur, qui se posent les bonnes questions, qui hésitent à bon escient pour ne pas se faire rouler dans la farine par le nouvel ITSAP. Cela s’appelle le chemin de la sagesse (chose très rare par les temps qui courent et donc à préserver).
J’invite tous ceux qui vivent de l’abeille à nous rejoindre car plus nous seront nombreux au sein de cette fédération, plus nous détiendrons de compétences pour résister aux nombreux pièges tendus. N’est-ce pas un beau programme çà ?

Jean-Pierre Cellard
Apiculteur en Rhône Alpes