3.png
Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

ENVIRONNEMENT-AGRICULTURE-SANTÉ-GOUVERNEMENT-PRÉSIDENT - Monde (FRS) - AFP

Envoyer Imprimer PDF

 


27/11/2014 14h57 - ENVIRONNEMENT-AGRICULTURE-SANTÉ-GOUVERNEMENT-PRÉSIDENT - Monde (FRS) - AFP

PARIS, 27 novembre 2014 (AFP) - François Hollande a annoncé jeudi vouloir aller "plus loin" dans l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes, que les apiculteurs accusent d'être à l'origine de la disparition de colonies d'abeilles.

 

"Un moratoire européen concernant trois néonicotinoïdes a été décidé à notre initiative. Nous irons plus loin et la France portera elle-même ce dossier au plan communautaire", a annoncé le président, au cours de la 3e Conférence environnementale.

 

"Une grande attention doit être portée à la situation sanitaire des pollinisateurs, des pesticides, et des perturbateurs endocriniens", a ajouté le président.

 

En 2013, la Commission européenne a prononcé un moratoire pour l'interdiction de trois substances néonicotinoïdes pour deux ans.

 

Mais toutes les molécules néonicotinoïdes n'entrent pas dans le champs du moratoire et seules certaines cultures sont concernées par cette interdiction.

 

La question du lien entre environnement et santé est "délicate", a souligné M. Hollande, rappelant que le gouvernement a récemment présenté en conseil des ministres un Plan national santé environnement pour "nous protéger, nous préserver et prévenir les risques".

 

"Nous allons franchir une nouvelle étape dans la biodiversité", a également indiqué le président, avec la création d'une Agence française pour la biodiversité, déjà prévue en 2015.

 

Le projet de loi sur la biodiversité, qui comprend la création de cette agence, va être présenté au Parlement au mois de mai.

 


© 1994-2014 Agence France-Presse
 

Solidarité avec les apiculteurs pyrénéens

Envoyer Imprimer PDF

 

Solidarité avec les apiculteurs pyrénéens

Appel aux dons !

 

L'hiver dernier nos collègues du Sud Ouest ont assisté impuissants à une hécatombe dans leurs ruchers. Dans les départements des Hautes Pyrénées, Pyrénées Orientales, Haute Garonne et Ariège, les ruches installées dans les zones d’élevage se sont vues mourir à petit feu !

Aujourd’hui le constat est macabre, plus de 5 000 colonies sont mortes sans que la cause ne soit encore « officiellement » identifiée. Le sera-t-elle jamais ?

Combien d’entre vous ont perdu des ruches par intoxication sans que jamais l’Etat ne prenne ses responsabilités et ne reconnaisse le ou les coupables ? Et nous laissant seuls et démunis face à l’insurmontable remise à niveau de notre cheptel, quand tant de ruches sont perdues ou très affaiblies.

Sans moyens de production, incapables de produire du miel, nos collègues se retrouvent anéantis et dans l’impossibilité de vivre de leur métier.

 

En fin d’hiver les représentants de l’état, comme « Monsieur abeille » Gerster et le Sénateur Fauconnier sont venus en Ariège rencontrer nos collègues touchés par cette hécatombe, ont promis aides et enquêtes sur le terrain pour identifier les causes de cette catastrophe.

Ce n’est que début juillet que des propositions d’aides dérisoires sont parvenues aux apiculteurs ; en aucune manière elles ne les aideront à se relever de cette situation catastrophique.

Devant ce déni de l’Etat, de son inaction et de ses mensonges, la FFAP a fait la proposition de venir en aide aux collègues du Sud Ouest.

La FFAP a donc décidé de proposer une action syndicale de solidarité : organiser une collecte d’essaims puis une transhumance de soutien que nous devrons largement médiatiser, afin de sensibiliser nos concitoyens et nos élus.

Il s'agira de montrer qu'en dépit d'un contexte très difficile, les apiculteurs ne baissent pas les bras et qu'ils ne cesseront de dénoncer les carences et l'aveuglement de l'Etat.

C’est dans ces modes d’actions que la FFAP s’est créée, un syndicat solidaire, afin qu’ensemble nous puissions faire changer les choses.

 

Nous savons bien que cette saison, comme les dernières ,sont dures à vivre pour tout le monde, mais nous en appelons à votre solidarité et générosité.

Faites nous votre promesse de don ! Chacun doit faire en fonction de ce qu’il veut et de ce qu’il peut. Chaque promesse compte et chaque essaim aussi. Ne laissons pas nos collègues disparaître dans l'anonymat . Dénonçons l’abandon de l’Etat !

 

Dans un 1er temps, nous avons besoin de savoir sur combien d’essaims (colonies prêtes à hiverner) nous pourrons compter au sein de notre syndicat.

Ensuite, suivant les réseaux de chacun, nous pourrons élargir l'appel à tous les apiculteurs se sentant concernés ou autres.

Nous organiserons la transhumance de ces essaims vers le Sud Ouest début de printemps 2015.

A l'arrivée, suivant le nombre de colonies collectées, 2 options possibles : distribution directe à des apiculteurs parmi les plus touchés, ou création d'un rucher collectif qui ferait fonction de « banque à essaims » ; à discuter et organiser avec les collectifs d'apiculteurs locaux.

 

Nous en avons plus qu’assez de ces gouvernements successifs qui soutiennent et imposent des pratiques agricoles qui déciment nos ruchers !

Prenons-nous en main et ne nous laissons pas abattre!

 

Merci pour eux et pour l’abeille.

 

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Dernières infos :

Lors d'une conférence de presse organisée le 7 août, le collectif des apiculteurs des Pyrénées Orientales a présenté les résultats d'analyses d'une vingtaine de prélèvements effectués dans les ruchers de leur département (1300 ruches mortes déclarées).

Ces analyses réalisées par le CNRS de Lyon ont révélé la présence de pesticides dans 81 % des échantillons. (liste des molécules trouvées en pièce jointe)

A noter, la présence de triphénylphosphate, molécule « adjuvante » utilisée pour permettre la libération lente des produits de traitement anti-parasitaire (= marqueur de l'utilisation de ce type de produit)

Pour les chercheurs du CNRS, les mortalités d'abeilles sont très probablement dues à l'usage de pesticides ; et plus précisément, d'après M. E. Colin, présent à la conférence de presse, ces résultats laissent penser que la cause des mortalités pourrait être la désinsectisation des bâtiments d'élevage et le déparasitage des troupeaux.

 

 
Flux RSS de la FFAP