3.png
Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

Lettre ouverte MAP-2014

Envoyer Imprimer PDF

 

Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

 

St Ours, le 16 juillet 2014



Lettre ouverte de la FFAP à Stéphane Le Foll, Ministre de l'agriculture



Au cours de l'hiver 2013/2014, les apiculteurs pyrénéens ont subi de très lourdes pertes: mortalités massives de colonies (+ 5000) et affaiblissement important des ruches rescapées.

Les ruchers touchés se trouvant dans des zones d'élevage et loin de toute zone de cultures, les apiculteurs dénoncent les traitements effectués sur les bêtes (endectocides, insecticides) et dans les bâtiments d'élevage.


Le 26 février dernier, vous avez mandaté une mission qui s'est rendue en Ariège auprès des apiculteurs sinistrés. A la suite de cette rencontre, l'état s'est engagé à apporter une aide rapide à ces apiculteurs.


Déni, aveuglement ou mépris?


Ce n'est que 4 mois plus tard (début juillet), que vos services ont annoncé des mesures d'aide qui sont sans commune mesure avec l'ampleur de la catastrophe vécue par nos collègues.


  • Prêt à taux zéro pour la reconstitution des trésoreries: les conditions d'accès sont telles que bien peu d'exploitations seront éligibles, notamment les plus jeunes d'entre elles.


  • Subvention à l’achat d’essaims (dispositif inscrit dans le programme apicole européen), possible jusqu’au 15 juillet 2014 et à condition que les pertes soient supérieures à 50 %.

    Outre le délai très court pour constituer un dossier et les conditions d'accès très restrictives:

- des essaims achetés début juillet ne seraient en capacité de produire qu'en 2015, s'ils passent l'hiver!

- développer des essaims à cette période, les préparer à l'hivernage a un coût non négligeable.

- L’aide à l'achat d'essaims s’élève à 30 € HT, or en moyenne un essaim coûte 130 € HT.

Comment financer le solde quand on n'a pas de trésorerie? Comment financer leur développement? par l’emprunt?


Belle perspective! Emprunter pour acheter des essaims, emprunter pour assurer le fonctionnement de l’exploitation, sans parler de dégager un revenu...

Même avec des prêts à taux zéro, et s'ils sont accordés, comment rembourser quand on a perdu une grande partie de ses moyens de production?


Plus de stock, un cheptel amoindri et toujours des mortalités, une production 2014 amputée, une trésorerie engloutie: qui peut imaginer que de telles "aides" permettront aux apiculteurs de vivre et travailler jusqu’aux récoltes de 2015?

Sans compter que si les pratiques des éleveurs ne changent pas radicalement, il n’y a aucune raison que l'hécatombe ne se reproduise pas.



La légèreté de ces annonces relève du mépris pour le préjudice tant économique que moral subi par nos collègues!

Encore une fois, la destruction des abeilles et de l'apiculture est reléguée au rang de dommage collatéral inévitable, sans plus de remise en question!


La seule aide conséquente et juste est l’indemnisation complète des pertes...

Il faut pour cela que les “autorités” reconnaissent qu'il y a bien eu intoxication, et que ce faisant, elles acceptent de reconnaître leur responsabilité dans la mesure où c’est bien l’état qui délivre des Autorisations de Mise en Marché à des produits très toxiques pour l'abeille sans que ce risque soit évalué et pris en compte.


L'état fait des choix en matière de politique agricole, il doit en assumer les conséquences!



Aussi, nous, membres de la Fédération Française des Apiculteurs Professionnels, apiculteurs et citoyens, vous demandons instamment:

  • de rendre justice aux apiculteurs sinistrés en leur accordant une réelle indemnisation de leurs pertes

  • de consacrer tous les moyens nécessaires à la compréhension du phénomène d'intoxication qui a laminé l'apiculture pyrénéenne

  • de rompre radicalement avec un modèle agricole qui se déploie au détriment des abeilles, de l'apiculture et de l'environnement



Yvan Gouttequillet, porte parole de la FFAP.


Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

contact / coordination: Alain David – 06 44 79 72 47

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Présentation de la ffap

Envoyer Imprimer PDF

 

Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

 

Très engagés pour la défense et la reconnaissance de leur profession dans leur territoire respectif, les adhérents de trois syndicats d’apiculteurs professionnels régionaux souffrant d’être ni entendus, ni représentés au niveau national, ont décidé de réagir.

Ainsi, le SAPRA (Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Rhône-Alpes),  le SAPCO (Syndicat des Apiculteurs Professionnels du Centre Ouest ) et le SAPB (Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Bretagne) ont décidé de mutualiser leurs compétences et leur grande expérience de terrain pour construire une structure nationale qui soit effectivement représentative de leur profession.

Ce syndicat est ouvert à tout apiculteur professionnel, qu’il soit ou non syndiqué localement.


 

La vocation première de cette Fédération est de contribuer à la reconnaissance et à la pérennité du métier d’apiculteur comme à la protection et au maintien du cheptel apiaire.

 

En effet, l’avenir de l’apiculture professionnelle semble fortement compromis tant l’état de notre cheptel et de son environnement se dégrade.

 

LES OBJECTIFS PRIORITAIRES

* REPRESENTATIVITE de la  PROFESSION  et ORGANISATION de la FILIERE.

La Fédération Française des Apiculteurs Professionnels est investie dans :

  • Le Comité Apicole et ses groupes de travail
  • Le Comité Stratégique Apicole (CSA)
  • Bee Life (auparavant Coordination Apicole Européenne)

 

* DEFENSE de notre outil de travail : le CHEPTEL APICOLE.

Traitements systémiques, pulvérisation tous azimuts de pesticides en tout genre, multiplication des procédures de luttes obligatoires, menaces des cultures OGM, sont autant de graves attaques  contre notre cheptel et son environnement  qui nécessitent une réactivité  accrue de la profession. Nous travaillerons donc à la création d’une commission pesticides, épaulée de scientifiques et de juristes, qui devra fonctionner hors de toute compromission avec l’industrie agro-chimique et ses représentants.
Nous devons profiter de notre large implantation géographique pour recueillir et diffuser l’information à nos collègues.

LE FONCTIONNEMENT

La structuration fédérative nous permet de garder les spécificités des syndicats régionaux fondateurs, d’accueillir d’autres structures professionnelles régionales et départementales, tout en permettant l’adhésion individuelle.
Nous fonctionnons avec trois collèges :

  • Collège 1 : syndicats/groupements régionaux
  • Collège 2 : syndicats/groupements départementaux
  • Collège 3 : adhérents individuels.

Et ceci en toute indépendance syndicale,  vis à vis du syndicat agricole dominant, comme des instances gouvernementales de tutelle et du monde politique. Ce sujet n’est que rarement abordé par les différentes représentations de l’apiculture. On pourrait même le qualifier de tabou, tant il embarrasse les uns et les autres. Or il est temps de reconsidérer le fonctionnement du syndicalisme apicole français, trop souvent placé en situation de dépendance.
La diffusion d’un bulletin de liaison et la création d’un site internet,
nous permettent  de donner vie et corps à notre projet  syndical.
Les statuts sont déposés à Lyon (siège social : Agrapole  23 rue J. Baldassini 69364 Lyon Cedex 07). Ils sont disponibles sur demande auprès du secrétariat.

BUREAU

  • Porte-parole : Yvan Gouttequillet
  • Secrétaire : Gaëlle Brossier
  • Trésorier : Michel Uzan
 
Flux RSS de la FFAP